Jérôme BOSCH

a afjardinedd

Le couronnement absolu de son oeuvre est certainement le grand triptyque du Prado, nommé le Jardin des délices. Longtemps commenté à tort comme une condamnation des plaisirs . Bosch, a aucun moment ne montre de limite ni de malheur ou de souffrances associées à aucune des pratiques érotiques exposées ici, comme dans une sorte de registre, de liste, de tous les possibles.

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s