Edgar DEGAS , danses

a l bailarina-basculando-bailarina-verde

Les danseuses bondissent. l’absence d’ombre est comme une réponse tardive mais ferme aux traditions occidentales et religieuses, qui par les ombres portées au sol, ont souvent signifié un destin tragique de l’humanité, celui d’être clouée au sol ; d’être prisonnière du temps et de l’espace. se libérer de cette contrainte, s’élever avec grâce est une pratique cathartique, quoique brève, que Degas veut ainsi immortaliser en la saisissant, comme au vol. La légèreté de sa touche est du même ordre, tâchant sérieusement d’être comme aisée non laborieuse. Dans ces 3 compositions, le sol est ici comme un ciel el danseuses, seraint comme des oiseaux volant sans soucis Portés par cette lumière sans ombres.

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s