Edgar DEGAS , danses

b d Toulouse-lautrec, Jeanne Avril

Comme une urgence, Toulouse-Lautrec achève des croquis-peints, qui sont des démonstrations éclatantes de virtuosité, tant des traits que des harmonies colorées. On voit aussi 2 visions de la Goulue, qui passe de la scène à la rue, mais chaque fois dans l’indifférence.Il semble évident, que Toulouse Lautrec témoigne dans ces portraits d’une profonde empathie pour ces femmes et il n’établit pas de distance. La finesse des portraits en est le signe fort et délicat.

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s