Edgar DEGAS , danses

b j Dinner at the House of M. and Mme. Nathanson

Ces vues semblent décalées, décentrées, se focalisant comme au hasard sur certains points fixes et détails, dans des lumières crues et couleurs saturées. Onne eut s’empêcher de voir ces scènes comme vues par un esprit embrumé et rendu hypersensible, tel que l’alcool pouvait troubler celui de Lautrec, mort à37 ans de délirium tremens. Il subsiste des fulgurances colorées, des visions virtuoses sombrant dans la confusion et le relâchement, l’épuisement.

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s