Femmes du BAUHAUS

b n Annelise Else Frieda Fleischmann

Ani Albers ou plutôt Annelise Fleishmann, va rassembler autour d’elle, un grand nombre de jeunes artistes dans l’atelier de tissage. Elles y appliquent une recherche théorique cohérente avec l’esprit du Bauhaus, à savoir la lisibilité des constituants de l’oauvre. Ici, les trames du tissage, lanature des fils etle jeu sur l’orthogonalité.

Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s