Albert Marquet à la fenêtre

Albert Marquet discret et obstiné, continue, sa vie durant de regarder par ses fenêtres, les lointains des ports d’Europe. Distance et hauteur propres à capter les grandesmasses de lumières. Il pose aussi de façon subtile, et à sa manière la question récurrente dans les arts de la peinture, deu mur et de la fenêtre, du proche et du lointain. Il fut proche et compagnon de Matisse à ses débuts. Semblant indifférent aux grandes remises en causes des avant-gardes du 20e siècle, il est malgré tout un peintre de son temps.

 

A propos Olivier Jullien

Intervenant dans le domaine des arts plastiques, comme enseignant, praticien ( peintures-graphismes) et conférencier.
Galerie | Cet article, publié dans Cours, Galeries commentées, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s