Gian-Domenico TIEPOLO, Mondo Nuovo

Cette fresque peinte dans sa résidence privée , près de Mestre, en Vénétie, fut réinstallée dans la Ca’Rezzonico, sur le grand canal, au début du 20e siècle. Ces personnages nous tournant le dos, tout comme les étranges peintures de Pulcinella témoignent d’un changement de modèles, de références et d’attentes, au tournant du siècle, qui pour Venise, la Sérénissime, sera fatal.

La virtuosité de Tiepolo est au service d’une certaine mélancolie qui le rapproche des prétomantiques contemporains.

A propos Olivier Jullien

Intervenant dans le domaine des arts plastiques, comme enseignant, praticien ( peintures-graphismes) et conférencier.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s